George Clooney ou la tequila chic à 1M. de dollars

Les meilleurs récits d’entreprenariats s’alimentent de genèses insolites et de mythes fondateurs. C’est la force de Casamigos, en plus de son degré d’éthanol. Ou comment le cocktail d’un mauvais jeu de mot en espagnol et d’un bon cru de tequila a fait gagner des centaines de millions à George Clooney, l’homme qui en avait le moins besoin.

Casa + amigos = Casamigos

Tout commence à la fin des années 2000 à Baja, comme ils disent, ou plutôt Cabo San Lucas, en Basse-Californie. Deux amis de longue date, George Clooney et Randal Gerber picolent, comme à leur habitude, chez l’un ou chez l’autre, peu importe – leurs maisons voisinent au sein d’un complexe immobilier construit par leur ami entrepreneur et businessman Mike Meldman. Le vaste terrain, nommé Casamigos, devient le nom de leurs casas respectives et ça tombe bien, maison et amis faisant ici bon ménage.

Déjeuner chez l’un, dîner chez l’autre, les deux lurons goûtent à la dolce vita avec leurs compagnes respectives, Cindy Crawford soit madame Gerber et Stacy Keibler, pour l’heure l’amie de Clooney.

par Bethsabée Krivoshey

pour continuer la lecture, abonnez-vous

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   

à retrouver dans notre

n°1 juin 2022

dossier politique
picrates et pommards

acheter le n°1

vous aimerez lire aussi