édito du N°1

et le
monde du
vin s’aère
enfin

par Benjamin Adida

«Le vent se lève !… Il faut tenter de vivre !» écrit Paul Valéry. Et nos verres pour saluer l’arrivée de ce premier numéro!

C’est après la libération du premier confinement en mai 2020 que Décanté Magazine fut esquissé dans un jeu de ping-pong graphique avec ma talentueuse associée et directrice artistique du projet, Mélanie Goussard. Nous avions soif, ô combien, et pas seulement de libations. Soif de livres, d’œuvres, de peintures, de musique.  «Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise.», chantait Baudelaire. Nous voulions suivre hardiment son conseil. La hâte de partager se faisait urgente. Qui aurait pu penser que les Français, ces «gaulois réfractaires au changement», se satisferaient longtemps d’apéritifs chipotés à leurs fenêtres numériques, loin du tintement des verres des grandes tablées?

Décanté est né de cela. De cette irrépressible envie de lire, de se cultiver, d’échanger: c’est un bébé du confinement comme on se plaît à décrire les nouveaux projets qui ont modifié le cours de nos vies d’avant. Pour reprendre vie, quel autre motif que le vin, qui délie langues et passions, et réconcilie les Français ? La politique ? Voire. Mais celle-ci, en plein année présidentielle, ne se tient jamais éloignée de celui-là, on le verra dans ce premier numéro Picrates et Pommards – Le vin, le peuple et les élites. Car le vin pourrait bel et bien emplir un rayonnage de sociologie à lui seul…

Vous l’aurez compris : du vin il sera ici question au plus haut point, mais d’une manière que nous espérons différente. Par les arts et la culture, notre magazine se plaît à penser qu’il bousculera les idées reçues, les convenances, les automatismes, pour retrouver l’étonnement de ce breuvage merveilleux, qu’à notre jeunesse, au premier banquet, nous avons goûté en grimaçant d’abord, en roucoulant de plaisir ensuite. Au fil des numéros, nous montrerons le vin, nous le regarderons, nous l’écouterons. Pour, peu à peu, décanter notre commerce avec lui.

Nous croyons à la réconciliation des chapelles bio, nature et conventionnelle, par les arts donc, et l’amour du travail bien fait. Les vins d’ici et d’ailleurs dialogueront dans ces pages de façon inattendue : le design, l’architecture, la littérature, la photographie, la musique, le graphisme, le cinéma, les arts plastiques et visuels, la mode même, leur serviront d’entremetteurs. Tchin tchin.

N°1, édito

et le
monde du
vin s’aère
enfin

« Le vent se lève !… Il faut tenter de vivre ! » écrit Paul Valéry. Et nos verres pour saluer l’arrivée de ce premier numéro!

C’est après la libération du premier confinement en mai 2020 que Décanté Magazine fut esquissé dans un jeu de ping-pong graphique avec ma talentueuse associée et directrice artistique du projet, Mélanie Goussard. Nous avions soif, ô combien, et pas seulement de libations. Soif de livres, d’œuvres, de peintures, de musique.  « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. », chantait Baudelaire. Nous voulions suivre hardiment son conseil. La hâte de partager se faisait urgente. Qui aurait pu penser que les Français, ces « gaulois réfractaires au changement », se satisferaient longtemps d’apéritifs chipotés à leurs fenêtres numériques, loin du tintement des verres des grandes tablées?

Décanté est né de cela. De cette irrépressible envie de lire, de se cultiver, d’échanger: c’est un bébé du confinement comme on se plaît à décrire les nouveaux projets qui ont modifié le cours de nos vies d’avant. Pour reprendre vie, quel autre motif que le vin, qui délie langues et passions, et réconcilie les Français ? La politique ? Voire. Mais celle-ci, en plein année présidentielle, ne se tient jamais éloignée de celui-là, on le verra dans ce premier numéro “Picrates et Pommards – Le vin, le peuple et les élites”. Car le vin pourrait bel et bien emplir un rayonnage de sociologie à lui seul…

Vous l’aurez compris : du vin il sera ici question au plus haut point, mais d’une manière que nous espérons différente. Par les arts et la culture, notre magazine se plaît à penser qu’il bousculera les idées reçues, les convenances, les automatismes, pour retrouver l’étonnement de ce breuvage merveilleux, qu’à notre jeunesse, au premier banquet, nous avons goûté en grimaçant d’abord, en roucoulant de plaisir ensuite. Au fil des numéros, nous montrerons le vin, nous le regarderons, nous l’écouterons. Pour, peu à peu, décanter notre commerce avec lui.

Nous croyons à la réconciliation des chapelles bio, nature et conventionnelle, par les arts donc, et l’amour du travail bien fait. Les vins d’ici et d’ailleurs dialogueront dans ces pages de façon inattendue : le design, l’architecture, la littérature, la photographie, la musique, le graphisme, le cinéma, les arts plastiques et visuels, la mode même, leur serviront d’entremetteurs. Tchin tchin.

à découvrir dans le N°1

dossier politique picrates et pommards

le gros qui tâche...

Le picrate d'ici et le bon petit vin de là-bas racontés et partagés par des jeunes révolutionnaires dans une France en feu d'alors, celle de 68.

par Michel Persitz, écrivain

room service

le waldorf-astoria, l'hôtel qui ne dormait jamais

À l’indémodable Waldorf-Astoria de New York, on a bu, dansé, dépensé, accueilli des présidents, des dictateurs, des empereurs, des bouddhistes, des artistes, des artistes bouddhistes. L’hôtel mythique qui a raflé la vedette à Robert Redford (The Great Gatsby, 1974) ou à Al Pacino (Le Parrain volume 3, 1990), rouvre ses portes après une rénovation d’ampleur. Gageons cependant qu’il reste inchangé.

par Maureen Damman, journaliste

carte rouge

douce d'ivry

Une carte blanche photographique dont la teinte rappelle le carmin des plus beaux nectars.

par l’agence artistique et culturelle Mabille & Chaumette

du raisin et des femmes

laura vidal, mistral gagnante

Première femme sommelière de l’année 2020 au Gault & Millau au karma cinématographique, Laura Vidal, trentenaire intense, transmet la vibrante étincelle des vins vivants.

par Fabien Nègre, journaliste

35ML

"Un baiser s’il vous plaît" d’Emmanuel Mouret

Un petit verre de vin pour détendre l’atmosphère ? Il est de coutume de dire que l’alcool
désinhibe…

par Gauthier Blanc

Désaccords

L’étranger

On les croit mal appariés, destinés à se toiser de loin et à s’éviter tout à fait. On a tort. Ce sont les Désaccords parfaits.

par Vidya Narine, journaliste & Petit Comité

Montrer le vin

Hors-Champ

Le vin révélé par le détail, l'anecdote, le hors-champ, par le talentueux photographe Fred Lahache.

Un portfolio de Fred Lahache

écouter le vin

Un vin, une playlist

Non, ce n'est pas une rubrique ou l’on entend des glou-glou et autres bruissements du vent dans la vigne mais bien une sélection fine d’un vin associé à une playlist musicale exigeante le temps de sa dégustation.

par l'équipe de Café Mancuso et du Boudoir Sonore

feuille de vigne

edouard philippe, maire du havre

Un portrait œnologique de l’ancien premier ministre et amateur éclairé de vin.

propos recueillis par Benjamin Adida

écrire le vin

une apocalypse

Un pilote d’hélico qui avait sauvé la récolte du gel de son ami vigneron se meurt. L’ami partage avec lui la fameuse cuvée sauvée de l’apocalypse.

Anonyme

Le rouge et le noir

Nuit blanche & suite Lévantine

Rabih Kayrouz habille la suite L’Île aux Oiseaux de l’hôtel de luxe Les Sources de Caudalie d’une douce sérénité…

par Frédérique Nguyen Huu-Rouberol

la carte des vins

Chaud devant : la carte et le terroir

Rencontre avec Iñaki Garcia de Cortazar-Atauri, le chercheur et ingénieur qui ne fait pas la pluie et le beau temps sur les vignobles mais pourrait bien les aider à s'acclimater.

par Iris Delacroix, journaliste

ivresse des cimaises

Picasso,
l'effervescence des formes

La relation tumultueuse du grand peintre avec la bouteille, souvent sujet de ses toiles, parfois mauvais génie. En partenariat avec l'exposition temporaire Picasso, l'effervescence des formes à la Cité du Vin de Bordeaux.

par Maureen Damman, journaliste

publi-reportage

aoc ventoux : le géant et ses vignes

Diversité géologique, géographique, climatique et autant de nuances aromatiques déclinées en rouge, rosé et blanc…

par Frédérique Nguyen Huu-Rouberol

flora-lie

un vin, un bouquet

Château Lafitte, 2020 : Hautes vibrations. Minéralité et finale profonde ponctuées de pointes de citron et de miel pour ce nectar floral, sublimées par un talentueux duo de vegetal artist.

par l’air de l’O

dossier politique picrates et pommards

Les caves de la république

Cet attrape-tout, qui est aussi un alcool et doit être régulé, se défend toujours ici quand on veut le réguler là… Le vin ? Attrape-moi si tu peux.

par Maureen Damman, journaliste

Pas de côté

George Clooney ou la tequila chic à 1M. de dollars

Ou comment une aventure de copains, certes pas les moins nantis, s'est transformée en success story à l'américaine. C'est l'histoire de Casamigos, la tequila bling-bling des gringos Rande Gerber et George Clooney.

par Bethsabée Krivoshey, journaliste

Inconvintionnel

2000 vins, l'Odyssée de l'Espace

Dans l’album “On a marché sur la Lune”, le capitaine Haddock, ivrogne invétéré, ne parvenait pas à gober son whisky qui lévitait en boule au milieu de la fusée. 69 ans après la publication de l’album d’Hergé, la question persiste : comment bien lamper son alcool dans l’espace ?

par Clément Perruche, journaliste

Modes & travaux

le raisin avec raison

La collection de sneakers Alpha millésime de Zèta dont les semelles sont en résidu de raisins nous ramène tant aux raisins qu'à la raison.

par Éléonore Michelot, journaliste

dossier politique picrates et pommards

le vin : un hard power premier cru

On a beau jeu de faire du vin un instrument de soft power fort utile pour dispenser aux peuples du monde une image flatteuse et attractive des pays producteurs. C’est vrai bien sûr. (...) Mais n’oublions pas que le vin, avant que d’être de la diplomatie, c’est de l’économie. 

par Clément Perruche, journaliste

Dossier politique Picrates et pommards

Les noces rebelles

Dans la carte du Tendre que tout politique d’envergure se doit de parcourir, en France, pour atteindre le sommet de l’État, cépages et terroirs sont autant d’amants jaloux réclamant gages et preuves d’amour. Mais la santé publique menace parfois de faire tourner vinaigre les noces du vin et des puissants.

par Clément Perruche, journaliste

Sortir du rang

La contre et sa collab #2

Les Raisins Suspendus & Mustapha Azeroual

par Jeremy Dessaint & Roman Moriceau

n°1 juin 2022

dossier spécial
année présidentielle

29 euros

commander le n°1

1 an d’abonnement

le numéro 1
et le numéro 2

58 euros
s’abonner

n°1 juin 2022

dossier spécial
picrates et pommards

29 euros

commander le n°1

1 an d’abonnement

le numéro 1
et le numéro 2

58 euros
s’abonner

les boutiques de Décanté

les accessoires

voir tous les objets

la galerie

voir toutes les œuvres

les boutiques de

les accessoires

voir tous les accessoires

la galerie

voir toutes les œuvres

à propos

Décanté est le premier magazine du genre.
Édité deux fois dans l’année en tirage limité, en cadence avec les saisons printemps-été et automne-hiver, Décanté bouscule les idées reçues et convoque de nouveaux regards à parler du vin, à le montrer, à l’écouter aussi.

Présent en ligne et dans une belle édition papier couchée sur feuilles italiennes grainées au moût de raisins, Décanté se prendrait pour un livre mais affiche les ambitions plus légères d’un magazine.

Farouchement indépendant, sans publicité dans son édition papier et existant grâce à vos contributions et l’opiniâtreté de ses fondateurs, Décanté est un bel objet de collection dans un format étonnant à lire et à garder. Chaque numéro est soigneusement imprimé et numéroté chez l’imprimeur de beaux livres Escourbiac, au beau milieu des vignes de Gaillac.

Nous croyons à la réconciliation des chapelles bio, nature et conventionnelle, par les arts et l’amour du travail bien fait. Les vins d’ici et d’ailleurs dialoguent de façon inattendue, le design, l’architecture, la littérature, la photographie, la musique, le graphisme, le cinéma, les arts plastiques et visuels, la mode même sont les fils conducteurs de ce magazine hors-normes de 150 pages.

Toujours en mouvement, à contre-courant, Décanté remonte les parcelles à la découverte des produits, des terroirs, des arts, des points de vue aussi. Et des belles idées.

à propos

le magazine papier

Tiré sur un beau papier blanc glacier et enserré dans un fourreau qui aborde une thématique différente tous les semestres, Décanté dans son édition imprimée surprend dès sa couverture qui raconte la passion pour le vin car elle contient 30% de moût de raisin dans la pâte à papier. Son toucher rugueux et naturel évoque les terroirs et les grains gorgés de soleil. L’édition papier existe en nombre limité et est bien évidemment imprimée… au beau milieu des vignes de Gaillac dans le sud-ouest.

les décanteurs

Benjamin Adida, le fondateur du magazine, fut directeur artistique dans la publicité à Paris avant de venir s’installer à Bordeaux. Depuis, il a développé son studio de design graphique et enseigne dans des écoles supérieures la direction artistique. Curieux de tout, à l’affût de nouvelles écritures, Benjamin est désormais directeur des créations en charge des choix éditoriaux et iconographiques du magazine.
Mélanie Goussard, la directrice artistique de Décanté, est une ancienne de Penninghen et de l’ECV. Elle orchestre des mises en page de haut vol avec une précision suisse. Elle nage d’ailleurs dans la typographie comme d’autres dans l’eau (ou le vin) et fait que Décanté est beau et agréable à lire.

les auteurs

Ils sont la pierre angulaire de Décanté. Ceux qui par leur talent, leurs expressions, leur envie de faire différemment font de ce magazine un objet différent. Quelques uns contribuent ponctuellement, d’autres reviennent à Décanté plus souvent. Certains sont reconnus, d’autres non, mais tous insufflent à Décanté un vent de fraîcheur et de modernité à un thème aussi vieux que l’Antiquité.

commander le n°1